STYLE ICONE: AUDREY HEPBURN OU LE CHIC DÉCONTRACTÉ

IMG_0024IMG_0034

IMG_0033IMG_0019

Image-1

Chacun son style et tant mieux. C’est ce qui nous met de bonne humeur chaque matin devant notre garde robe, c’est cette légère étincelle dans notre routine matinale. Qu’on soit plutôt glamour, classique, vintage, rock ou trendy, nous nous inspirons toutes de ce qui nous entoure, des filles que nous croisons dans la rue, des actrices, des blogueuses et autres femmes de nos vies…

Dernièrement, j’ai cherché à me définir, mais impossible de me coller une de ces étiquettes. Une chose est sûre, je ne suis pas friande des trends. Jamais de clous sur mes chaussures, ni broderies sur mes chemises, ni franges à mes sacs, ni leopard dans mon armoire ou autres tops à froufrou et épaules dénudées. Non pas que je n’aime pas ça mais ils ne me vont jamais. J’aime les intemporels indémodables, chics, casual, ou originaux.

Alors comment aborder la mode quand on est pas fashionista? Tout simplement en distinguant la mode et le style.  C’est pourquoi je vous montrerais chaque mois une icône, une influence ou des idées qui ont influencé mon style et comment les adapter à notre ère hyper contemporaine.

Il me semblait indispensable de commencer par Audrey Hepburn et 4 de ses influences majeures:

Le pantacourt noir, le col rond, la marinière, et les loafers.

Le pantacourt noir est un de mes indispensables au printemps. Suffisamment chic pour aller travailler, ou pour sortir en journée. Celui que je porte sur la photo est incroyablement confortable, sa ceinture est élastique et la matière est fluide et légère. Je dois avouer que je suis en train de devenir une inconditionnelle des pantalons uniqlo, ils sont bien coupés, et toujours confortables.

Le col rond. La plupart de mais pulls aujourd’hui ont un col rond. Légèrement garçon-manqué, chic, ils mettent aussi en valeur nos visages, avec une touche rebelle et une pointe d’élégance… Les cols V des années 90’s n’ont qu’à prendre la poussière à la cave!

La marinière est présente chaque année dans mon armoire depuis ma plus tendre enfance. Petite, ma mère les achetait chez Agnes b., coupe garçonne et coton épais. Maintenant, je les achète selon le coup de coeur, et cette année, c’est encore Uniqlo qui a sû me séduire. Pour les mêmes raisons: 1oo % coton et bien coupé. Elle est pratique et apporte du style aux plus simples ensembles, y compris à votre jeans troué, sans avoir à trop y réfléchir.

Les Loafers: Je me suis très récemment laissée tenter par les loafers. L’année dernière, j’ai acheté une paire beige que je n’ai plus quitté du printemps. Cette année, j’ai trouvé cette paire en daim noir à boucle, très chic et aussi confortables que des chaussons. Je viens de revoir Funny Faces avec Audrey Hepburn, dans le film, ses chaussures représentent son côté intellectuel de librairs à l’inverse des escarpins des fashionistas sexy de l’époque. On l’y voit danser dans une boite de jazz contemporaines avec ses loafers, et sa grâce légère et folle. Je regarde mes chaussures différemment depuis…

Voilà donc 4 pièces qui faisaient fureur en 1957  et qui sont encore incontournables aujourd’hui. Comme quoi l’élégance n’est pas questions de tendances.

A très vite!

Paule.

 

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *